Mes cours de français - Lycée Driss 1er - Agdz

Mes cours de français - Lycée Driss 1er - Agdz

Examen 20

TEXTE:

CREON: [ ] Tu l'apprendras toi aussi, trop tard, la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. Tu vas me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c'est la consolation dérisoire de vieillir : la vie, ce n'est peut-être tout de même que le bonheur !

ANTIGONE, murmure, le regard perdu. Le bonheur...

CREON, a un peu honte soudain. Un pauvre mot, hein ?

ANTIGONE, doucement: Quel sera-t-il, mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle, la petite Antigone ? Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur ? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ?

CREON, hausse les épaules. Tu es folle, tais-toi.

ANTIGONE: Non, je ne me tairai pas ! Je veux savoir comment je m'y prendrai, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c'est tout de suite qu'il faut choisir. Vous dites que c'est si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre.

CREON: Tu aimes Hémon ?

ANTIGONE: Oui, j'aime Hémon. J'aime un Hémon dur et jeune ; un Hémon exigeant et fidèle, comme moi. Mais si votre vie, votre bonheur doivent passer sur lui avec leur usure, si Hémon ne doit plus pâlir quand je pâlis, s'il ne doit plus me croire morte quand je suis en retard de cinq minutes, s'il ne doit plus se sentir seul au monde et me détester quand je ris sans qu'il sache pourquoi, s'il doit devenir près de moi le monsieur Hémon, s'il doit apprendre à dire « oui », lui aussi, alors je n'aime plus Hémon !

CREON: Tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi.

ANTIGONE: Si, je sais ce que je dis mais c'est vous qui ne m'entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d'un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre. (Elle rit.) Ah! je ris, Créon, je ris parce que je te vois à quinze ans, tout d'un coup ! C'est le même air d'impuissance et de croire qu'on peut tout. La vie t'a seulement ajouté tous ces petits plis sur le visage et cette graisse autour de toi.

CREON, la secoue. Te tairas-tu, enfin ?

ANTIGONE:  Pourquoi veux-tu me faire taire ? Parce que tu sais que j'ai raison ? Tu crois que je ne lis pas dans tes yeux que tu le sais ? Tu sais que j'ai raison, mais tu ne l'avoueras jamais parce que tu es en train de défendre ton bonheur en ce moment comme un os.
I. ETUDE DE TEXTE (10 PTS) :

1.      Relisez et répondez aux questions suivantes : 1. Jean Anouilh est un écrivain et dramaturge français. Quand et où est-il né ? (0,25 pt x2). Citez une œuvre de cet écrivain autre qu'« Antigone » (0,5 pt). Quand et où est-il mort ? (0,25 pt x2).
Pour répondre, vous pouvez choisir parmi les informations suivantes : 1942, 1910,1944, 1987, Lyon, Bordeaux, Rouen, Lausanne, « Les Contemplations », « Le Mythe de Sisyphe », « Le Voyageur sans bagage », « La Machine Infernale ».

2.      Situez brièvement ce passage dans l'œuvre (0,5 pt).

3.      Relevez une figure de style employée par Créon dans le passage suivant : « la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. [ ] la vie, ce n'est peut-être tout de même que le bonheur ! » (0,5 pt). Quel genre de bonheur Créon évoque-t-il ici ? (0,5 pt).

4.      Dans le passage « Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur ? ». - Faites apparaître le sens courant du mot « pauvreté » dans une phrase. (0,5 pt). - Quel sens le mot « pauvretés » prend-il dans la bouche d'Antigone ? (0,5 pt).

5.      Dans le passage suivant : « Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ? ». - Quel type de phrases Antigone utilise-t-elle ? (0,5 pt). - Quelle idée veut-elle exprimer en employant ces phrases ? (0,5 pt).

6.      Donnez un trait de caractère du personnage d'Antigone dans le texte (0,5 pt). Comment trouvez-vous le caractère de Créon ? (0,5 pt).

7.      « tais-toi. / Tais-toi. / Te tairas-tu, enfin ? ». Dans l'extrait étudié, Créon utilise, trois fois, le même verbe. - Exprime-t-il le même sentiment les trois fois ? (0,5 pt). Justifiez votre réponse (0,5 pt).

8.      Relevez une figure de style dans le passage suivant : « Tu sais que j'ai raison, mais tu ne l'avoueras jamais parce que tu es en train de défendre ton bonheur en ce moment comme un os.» (0,5 pt). - Quelle idée cette figure de style met-elle en valeur ? (0,5 pt).

9.      Partagez-vous le point de vue de Créon sur le bonheur ? Justifiez votre avis. (0,5 pt)+ (0,5 pt).

10.  D'après votre lecture de l'œuvre, pensez-vous que l'extrait étudié est un passage important dans l'évolution du personnage d'Antigone ? Pourquoi ? (0,5 pt) + (0,5 pt).



17/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 147 autres membres